Agriculture

Le choix du travail de la vigne se fait dans le respect du vivant, respect du végétal, respect de la terre et respect de la santé.

 

Les vignes sont en conversion vers l’agriculture biologique depuis 2013.
Mon stage chez Patrick Meyer m’a permis d’apprendre et d’acquérir les compétences pour la pratique de la biodynamie. Mes parcelles reçoivent tous les ans les préparations fondamentales de la biodynamie à savoir 500P (bouse de corne préparée) et 501 (silice de corne).

 

En ce qui concerne les travaux du sol, Je réfléchis pour mettre en place une solution qui me demande le moins de passage et donc de tassements possibles. J’essaye de gérer la mise en place d’un enherbement maîtrisé, apport d’éléments minéraux, de matière organique, fondamental à la force du végétal et à la structuration du sol. Je souhaite appliquer les TCS, techniques culturales simplifiées, qui par un procédé de semis direct permet d’obtenir une forte densité végétal qui à la destruction créera un paillage à la fois protecteur et nourricier.

agriculture-vincent
jument

Une parcelle, celle de Ménétrol, est conduite sans aucune mécanisation. C’est la traction animale, le cheval, qui contribue au bon fonctionnement de la vie microbienne.

 

Par ailleurs, j’ai en pension depuis quelques mois la magnifique jument de Michel Augé, Praline, qui est habituée aux travaux viticoles. Je m’exerce donc à la traction animale avec beaucoup de bonheur. Il me reste à faire énormément de progrès mais l’efficacité du travail allié à la complicité avec l’animal me pousse à pratiquer pour progresser.

 

Les traitements suivent les recommandations du cahier des charges de l’agriculture biologique. J’utilise donc du soufre et du cuivre auxquels j’ajoute des tisanes et des décoctions de plantes pour diminuer les doses prescrites par les fabricants. En somme, j’essaye de suivre le cahier des charges Demeter, certification que je demanderai lorsque mes vignes seront certifiées bio.